• Créé aux États-Unis

  • Conservé au Musée du quai Branly - Jacques Chirac, Paris | Inv. 70.2017.26.5

À propos de l'œuvre

Connu comme le « père du tatouage tribal moderne », ou « neo-tribal », Leo Zulueta grandit à Hawaï et étudie le tatouage traditionnel dans des livres et magazines.
Il considère sa rencontre avec Ed Hardy, en 1977, comme un élément décisif dans son parcours. Cette pièce dorsale est inspirée des tatouages ​​de l’île de Fais (État de Yap) en Micronésie, où les dessins symbolisaient généralement des éléments naturels (tels que les rayures d’un poisson). Alors que Zulueta a contribué à populariser le tatouage tribal, il considère néanmoins irrespectueux de copier littéralement des motifs traditionnels sans relation directe avec une culture, et crée dans cet état d’esprit des modèles uniques pour chaque personne qu’il tatoue.

© Musée du quai Branly – Jacques Chirac / Photo Thomas Duval
© Ville du Mans